Les 5 questions à poser lors d’un entretien d’embauche en 2021

Exit les « citez-moi 3 qualités et 3 défauts que vous avez ? » « Parlez-moi de vous … » ou encore les « Où vous voyez-vous dans 5 ans? ». La première ne sert à rien (à question standard, réponse standard), la seconde est trop évasive et la dernière ne correspond plus aux réalités professionnelles actuelles. Au XXIe siècle, le monde de l’entreprise a bien changé. Il est temps de placer l’humain et les soft skills au centre des échanges, et ce, dès le recrutement. Voici 5 questions à poser lors d’un entretien d’embauche en 2021.

Qui est la personne qui vous inspire le plus, et pourquoi ?

Lors d’un entretien de recrutement, vous voulez apprendre à connaître le candidat que vous avez en face de vous. Et pour ça, quoi de mieux que d’aller chercher ce qui se cache au plus profond de lui ? Connaître ce qui l’inspire (et surtout, pourquoi) c’est savoir ce qui le fait rêver, ce qui l’anime et ce qui le motivera à venir travailler chez vous 5 jours par semaine.

Quelles compétences cherchez-vous à développer en ce moment ?

Vous l’avez compris, cette question implique que la personne possède déjà certaines compétences. L’idée pour le recruteur que vous êtes, c’est de découvrir de quelles aptitudes il s’agit. Par la même occasion, vous pourrez vérifier si ces dernières correspondent aux compétences mentionnées dans le CV de candidature. Grâce à la réponse du candidat, vous en saurez davantage sur sa personnalité et ses ambitions.

Comment gérez-vous l’échec ?

Votre potentielle nouvelle recrue s’est préparée à se montrer sous son meilleur jour, et voilà que vous lui demandez de vous parler de ses échecs. Ne lui en déplaise, il n’y a rien de mal à échouer et même si vous ne lui direz peut-être pas, vous êtes passé par là, vous aussi. (Vous aviez lu mon post LinkedIn sur la vulnérabilité et le leadership ?)

Cette question vous donnera l’opportunité de découvrir le parcours de votre futur employé d’une façon plus authentique que si vous lui aviez demandé « Parlez-moi de vous … » (encore elle). Non seulement vous découvrirez quels obstacles il a déjà affronté, mais également la façon dont il les a surmontés.

Combien de fois par jour les aiguilles d’une montre se chevauchent-elles ?

Oui vous avez bien lu. Cette « question piège » est en fait une occasion de déstabiliser gentiment votre candidat. Elle permet également d’éviter des réponses potentiellement préparées à l’avance. Ce genre de pratique est de plus en plus répandue, notamment dans les grandes entreprises, pour tester les capacités d’analyse, de réflexion et de gestion du stress. À remplacer au besoin, par « Quelle est la meilleure façon de vérifier si la lumière du frigo s’éteint vraiment après l’avoir fermé ? » ou toute autre interrogation originale de ce genre.

Avez-vous des questions ?

Souvent posée en dernier, cette question reste un classique, même en 2021. Un candidat réellement intéressé par votre entreprise et par le poste à pourvoir, aura à coup sûr quelques questions à vous poser. Cependant, si votre recruté est aussi malin que vous, préparez-vous à être déstabilisé en retour.

Bien entendu, cette liste est non exhaustive. Vous aurez remarqué qu’elle se compose exclusivement de questions ouvertes. C’est un élément important à prendre en compte pour faire parler le candidat et obtenir un maximum d’informations lors de votre entretien d’embauche. Besoin de conseils en recrutement et management des compétences ? Contactez-moi pour organiser un rendez-vous !

Tous les articles

Voulez-vous faire pousser vos talents ?

Prendre contact

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible" A. De St Exupéry

Aurore sur la cime des montagnes

Passez à l’action

Votre message a bien été envoyé, merci !

Votre message n’a pas pu être envoyé, vérifiez avoir correctement rempli les champs du formulaire.

Veuillez saisir tous les champs obligatoires et cocher la case ci-dessus pour pouvoir envoyer cet e-mail !

Pourquoi et comment pratiquer la gratitude au travail ?

Pour bon nombre de Français, la gratitude sur le lieu de travail constitue un levier important pour leur qualité de vie en général. Un employé qui n’obtient pas la reconnaissance qu’il juge nécessaire peut être davantage sujet au stress. A contrario, la gratitude pratiquée au travail contribue à la motivation, à la productivité et au bonheur de façon générale. Voici 3 bonnes raisons de pratiquer la gratitude au travail.

Le meilleur moyen pour garder un collaborateur dans votre équipe

Connaissez-vous le principe de psychologie appelé « conditionnement opérant » ? Selon ce concept, un employé reste continuellement motivé lorsqu’il est récompensé de façon spontanée et imprévisible. Ce n’est pas pour rien que les machines à sous du casino sont si addictives : elles fonctionnent sur le même principe. Veillez donc à récompenser vos collaborateurs régulièrement, pour des occasions simples comme un anniversaire ou l’atteinte d’un objectif. Sachez aussi qu’une récompense accordée spontanément, sans occasion particulière, sera perçue comme plus authentique et sincère.

À long terme, les sentiments de reconnaissance et de respect sont plus motivants que le salaire et les avantages liés à ce dernier. Mieux encore qu’une augmentation, dites « merci » à vos collaborateurs, reconnaissez et validez leurs compétences, dites-leur à haute voix pourquoi vous appréciez de travailler avec eux. Et observez l’effet que cela a sur eux (et sur vous).

À ce sujet, (re)découvrez notre article sur la communication au travail.

La gratitude pour s’ancrer dans le moment présent

Les liens entre gratitude et bonheur ne sont plus à démontrer. En effet, la gratitude est une pratique de l’instant qui oblige à se trouver dans le moment présent. Or, les pensées négatives, qui génèrent le plus de stress, sont celles tournées vers les événements passés ou l’anticipation de l’avenir.

Pour intégrer la gratitude à votre journée de travail, pratiquez cet exercice simple : le soir, en rentrant du bureau, énumérez mentalement 3 choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant.e dans votre journée (événements, situations, rencontres). Si des pensées négatives vous viennent en tête, voyez comment vous pouvez les rendre positives. Exemple : « Mon N+1 n’est pas assez présent quand j’ai besoin de lui » devient « Mon N+1 me fait confiance et m’accorde de l’autonomie pour évoluer ».

La gratitude au travail : alliée de la productivité

Depuis plusieurs années, la psychologie positive s’intéresse à la gratitude et a démontré qu’elle contribuait de façon importante au bien-être général de l’être humain. Parmi les bienfaits de la gratitude, on peut citer les suivants :

  • Amélioration de la qualité du sommeil,
  • Optimisation des fonctions cognitives, de la créativité, de la curiosité, de l’apprentissage,
  • Facilitation dans les échanges et la création de liens avec les autres,
  • Meilleure gestion des émotions négatives : colère, frustration, agacement, etc.

Un professionnel qui pratique la gratitude sera donc, globalement, quelqu’un de plus heureux et, par conséquent, beaucoup plus productif au travail. Après tout, le psychologue Abraham Maslow disait lui-même que les besoins d’appartenance et d’estime de soi, viennent avant celui d’accomplissement.

Quoi de mieux pour récompenser vos collaborateurs que de leur offrir une journée de cohésion d’équipe ? Réservez la vôtre dès maintenant avec C Bo Talents !

Tous les articles

Voulez-vous faire pousser vos talents ?

Prendre contact

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible" A. De St Exupéry

Aurore sur la cime des montagnes

Passez à l’action

Votre message a bien été envoyé, merci !

Votre message n’a pas pu être envoyé, vérifiez avoir correctement rempli les champs du formulaire.

Veuillez saisir tous les champs obligatoires et cocher la case ci-dessus pour pouvoir envoyer cet e-mail !

4 techniques pour améliorer sa communication au travail

On le sait, une mauvaise communication sur le lieu de travail est source de stress, voire de conflit au sein d’une équipe. Elle peut même impacter votre productivité et votre bien-être général de façon négative. Lorsqu’un désaccord survient, il y a généralement deux écoles : se taire et ruminer sa propre colère, ou générer un conflit. Or, une communication bien maîtrisée peut prévenir bon nombre de tensions entre collaborateurs. Voici 4 techniques efficaces pour améliorer votre communication au travail.

Choisir le bon moment pour exprimer ses émotions

L’attitude de votre collègue vous dérange et vous avez besoin de lui en parler ? Pour désamorcer la situation, soyez sûr d’opter pour un moment où votre interlocuteur n’est pas occupé ni contrarié. Un endroit calme, à l’écart du reste de l’équipe, vous permettra également de vous entretenir dans de bonnes conditions. Cette technique est l’occasion pour vous de prendre du recul et de ne pas réagir « à chaud ».

Exprimer ses émotions à la 1ère personne

Utiliser le «je» est une méthode connue depuis longtemps dans la communication au travail, et même dans la sphère privée (famille, amis …). Commencez par évoquer la situation qui vous pose problème, puis ce que cela vous fait ressentir. Par exemple, si votre collègue parle trop fort au téléphone dans l’open space, dites-lui « Quand ta voix est forte au téléphone, je me sens déconcentré/perturbé et je n’arrive pas à travailler efficacement. » C’est une excellente façon de lui faire prendre conscience de son comportement sans qu’il se sente agressé.

L’écoute active : écouter pour être écouté

Pour mener une conversation, il faut au moins deux personnes, n’est-ce pas ? L’idée est donc de porter une attention particulière à la qualité de l’échange et de la relation. Créez les conditions qui permettront à votre interlocuteur de s’exprimer et de se sentir compris. L’objectif n’est pas d’avoir raison, mais de trouver ensemble un terrain d’entente.

Pour pratiquer l’écoute active, il est nécessaire de maîtriser certaines compétences :

  • Montrer de l’empathie
  • Percevoir ce qui n’est pas dit (la communication non verbale)
  • Utiliser les silences à bon escient
  • Savoir relancer son interlocuteur
  • Utiliser la reformulation pour s’assurer d’avoir bien compris
  • Se servir du questionnement : la méthode CQQCOQP (Comment ? Qui? Quoi ? Combien ? Où ? Quand ? et Pourquoi ?)

L’importance de la communication non verbale

Vous ne vous en rendez certainement pas compte, mais 60% de votre communication est non-verbale. Au même titre que vos paroles, vos gestes et votre attitude ont un impact sur vos interlocuteurs. Que vous soyez manager ou employé, garder une posture transparente, cohérente et positive contribue à améliorer la qualité de vos échanges entre membres d’une même équipe. Pour bien vous faire comprendre et véhiculer clairement votre message, suivez ces quelques conseils :

  • Arborez un visage décontracté et ouvert, voire souriant ;
  • Montrez que vous êtes ouvert au dialogue en décroisant les bras ;
  • Tenez-vous droit pour signifier votre assurance ;
  • Regardez votre interlocuteur dans les yeux pour lui montrer que vous le considérez.

Vous l’aurez compris, la communication au travail doit être positive, bienveillante et prendre en compte tous les acteurs du dialogue. C’est le sujet de ma prochaine formation dont le lancement est prévu pour bientôt. D’ici là, contactez-moi pour un coaching individuel ou en équipe. Ensemble, harmonisons les relations au sein de votre équipe !

Tous les articles

Voulez-vous faire pousser vos talents ?

Prendre contact

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible" A. De St Exupéry

Aurore sur la cime des montagnes

Passez à l’action

Votre message a bien été envoyé, merci !

Votre message n’a pas pu être envoyé, vérifiez avoir correctement rempli les champs du formulaire.

Veuillez saisir tous les champs obligatoires et cocher la case ci-dessus pour pouvoir envoyer cet e-mail !